La pandémie mondiale que nous vivons a fait naitre une prise de conscience dans notre façon de consommer. Les entreprises françaises sont mises à mal par les périodes de confinement à répétition. La solidarité française se met en place pour sauver ce qui peut être sauvé et le made in France a le vent en poupe.

Consommer français est dans l’esprit de tous, partagés entre le prix souvent plus élevé qu’un produit fabriqué à l’étranger, la volonté de sauver des emplois et favoriser l’économie française comme le mentionne Charles Huet, président co-fondateur de la carte française dans le magazine « Idées pratiques » lancé cette année par l’Info durable.

 « Acheter made in France, c’est générer neuf fois plus d’emplois qu’un produit fait à l’étranger, trois fois plus de manière directe et au moins trois fois plus de manière indirecte »

Charles Huet, magazine Idées pratiques #4 octobre-novembre 2020

Acheter « made in France » n’est pas si simple car bon nombre de produits français sont, en réalité, fabriqués bien loin de notre pays. Alors que se cache-t-il derrière l’appellation « made in France » ? Pourquoi un tel engouement derrière cette mention ? Et comment être sûr que l’on achète bien un produit français et que ce produit n’est pas issu du « francolavage » ?

La réglementation autour du « made in France »

Pour les cosmétiques, la mention « made in France » permet de garantir qu’au moins une des étapes déterminantes dans la réalisation du produit a été faite en France. Par exemple, une huile de beauté pourra être estampillé «made in France » avec seulement l’étape d’embouteillage dans son flacon, réalisée en France.
Mentionner « made in France » sur ses produits est facultatif et gratuit mais cette mention est de plus en plus recherchée par les consommateurs qui souhaitent contribuer positivement à l’effort national et le soutien de l’économie française.

Cependant, si la mention « made in France » apparaît sur un emballage de produits cosmétiques, ses fabricants devront se conformer aux règles d’origine non préférentielle fixés par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), et aux règles européennes applicables. Elles détermineront ainsi, le pays d’origine du produit en vue de l’application du traitement de la nation la plus favorisée (NPF) dans le cas où certaines étapes de production auraient des origines diverses (origine des matières premières, étapes de fabrication, étape d’assemblage du produit, …). Ainsi un produit dont les ingrédients viennent de l’étranger mais qui est ensuite fabriqué en France peut revendiquer la mention « made in France »

Nous aurons l’occasion de passer en revue tous les labels qui existent en cosmétique, dans un prochain article, afin d’éclairer l’acheteur face à certains fabricants qui pourraient chercher à duper le consommateur avec des technique de greenwashing et de francolavage bien connues.

Le francolavage est une technique qui vise à faire croire au consommateur qu’un produit est fabriqué en France alors qu’il ne l’est pas.

Gare à ceux qui voudraient créer de la confusion dans l’esprit du consommateur en lui laissant croire que son produit cosmétique est français. Glisser un artifice bleu blanc rouge, jouer sur les codes de la France (Tour Eiffel, coq, …) pour laisser croire au consommateur que son produit est français, mettre des mentions « 100% conçu en France », « marque française depuis 1980 », est passible de sanction si cela n’est pas réel.

Les marques qui peuvent se revendiquer « made in France » sont souvent très transparentes sur leurs modes de production, leurs actions et fières de mettre en avant leur sourcing de matières premières et leur écosystème. En attendant que la blockchain nous livre toutes les informations de traçabilité du produit, faites confiance à ces marques qui jouent le jeu de l’authenticité et de la transparence, vous ne vous y méprendrez pas !

La qualité des produits français

Chaque marque « made in France » est garante de la qualité de ses produits. Les produits cosmétiques français sont reconnus partout dans le monde. Ils sont de véritables ambassadeurs de la marque « France ». C’est la reconnaissance d’un savoir-faire, du professionnalisme des chercheurs, de l’innovation, des textures incroyables, de la gestuelle « à la française », de l’excellence, du souci du détail …

C’est cette prise de conscience collective du trésor que nous avons entre les mains avec  la marque « France » qui nous poussent aujourd’hui à rester exemplaire.

Alors, si l’on a encore besoin d’être convaincu, qu’est-ce que le made in France apporte de plus aux produits de beauté ?

Le savoir-faire des laboratoires français

Nous avons une des réglementations la plus exigeante au monde à laquelle se plient les laboratoires de cosmétiques français pour nous garantir sécurité et nous protéger de tous ingrédients nocifs pour notre santé. Les formules sont développées avec le plus grand soin par des fabricants respectueux de la législation française et des matières premières dont certains principes actifs sont souvent très onéreux.

Sourcing, circuits courts et impact environnemental

Le sourcing des matières premières est essentiel pour s’assurer de leur qualité et de leur transformation avant d’être utilisés comme actifs dans les formules. Ce sourcing est incontournable pour garantir un produit de qualité.

Aujourd’hui, certaines marques font le choix de travailler avec des producteurs locaux pour favoriser les circuits courts et réduire l’impact environnemental que ce soit au niveau du transport qu’en terme de dépense énergétique du processus de production.

Ethique et impact social

D’un point de vue éthique, l’intérêt du « made in France » pour le consomm’acteur est réel. Il soutient un savoir-faire ancestral, et permet de favoriser les emplois français dans des conditions de travail qui respectent le droit national. Travailler avec des marques locales permet également de favoriser l’activité de nos régions au-delà des marques de beauté. Cela permet de faire travailler les partenaires locaux qu’ils s’agissent de laboratoires, de fournisseurs divers ou de distributeurs.

Une dynamique d’innovation bien française

Si les marques historiques ont su se remettre en question ces dernières années pour faire évoluer leurs formules vers des formules plus naturelles et plus simples face à un consommateur toujours plus exigeant, c’est vers les nouvelles marques que l’on trouve le plus d’innovation. Ces jeunes pousses sont plus agiles et travaillent sans contrainte (sauf les contraintes réglementaires bien sûr !) pour innover. Elles créent de nouveaux segments dans la beauté, inventent de nouvelles textures, repense les modèles historiques.

J’aurai prochainement le plaisir de vous raconter l’histoire de certaines de ces marques locales et engagées pour une beauté plus responsable et éthique.

Malheureusement, on ne trouve pas tout en « made in France »… Un certain nombre de produits liés à la beauté ne sont pas fabriqués en France pour une raison majeure : une rentabilité insuffisante ! Trousses, cadeaux consommateurs, éponges, accessoires de beauté sont la plupart du temps fabriqués loin de chez nous, même si nous trouvons de plus en plus de pays limitrophes et européens capables de nous approvisionner avec des standards de production identiques à ceux de la France.

En conclusion, si le « made in France » a besoin d’engagement et du soutien de tous, les consommateurs ont une préférence grandissante pour des produits locaux et durables, en soutien aux régions françaises dans lesquelles ils vivent et ils travaillent.

Rappelons à tous les acteurs de la beauté qu’il n’y en a qu’un qui décide, c’est le consommateur ou consomm’acteur. Alors, n’oublions jamais, dans chacun de nos choix, dans chacune de nos décisions : « c’est qui le patron ? »

Pour en savoir plus :

Attractivité de la cosmétique française, par la FEBEA – mai 2019

6 idées reçues sur les cosmétiques Made in France, Femme actuelle – 23 juin 2021